BIO

BIOGRAPHIE

La soprano Julia Kirchner est caractérisée par une voix chaleureuse, une profondeur émotionnelle, une ample intelligence musicale, spontanéité ainsi qu’une immersion des textes. En chantant, elle est à la recherche d’un maximum d’ingénuité et elle approfondit la stylistique, l’esthétique et le contexte historique de son répertoire. Là, son engagement s’applique particulièrement à la musique ancienne, à l’opéra baroque et au lied romantique. 

photo: Jean-Michel André

Depuis 2018, elle dirige la série de concerts tesori della musica à Bâle en Suisse qui se dévoue à l’ample répertoire entre 1600 et 1950. Une longue collaboration relie la chanteuse avec l’ensemble Les Timbres ainsi qu’avec la pianiste Nao Aiba avec qui elle forme le LiedduoWeimar. À la musique baroque d’Allemagne centrale autour de Johann Sebastian Bach elle s’est consacrée intensivement avec l’ensemble Camerata Bachiensis de Leipzig. Sa fascination pour le monde de l’opéra et la gestique baroque ont conduit Julia à la fondation de l'ensemble baroque scenitas avec qui elle a réalisé deux productions dans le festival Händel-Festspiele Halle en travaillant notamment avec la metteuse en scène Sigrid T’Hooft.

 

D'autre part, se produisant en tant que soliste dans toute l’Europe, Julia Kirchner est régulièrement sollicitée lors de festivals internationaux tels que les Händel-Festspiele de Halle et le Bachfest de Leipzig (Allemagne), le festival de La Chaise-Dieu, Ambronay et Musique & Mémoire, Styriarte Graz (Autriche), AMUZ Antwerp (Belgique) ainsi que le festival Anima Mundi Pisa (Italie). Elle a travaillé avec de nombreux ensembles et musiciens comme Cantus Cölln et Konrad Junghänel, Sigiswald Kuijken, Andrea Marcon and Venice Baroque Orchestra, La Stagione Frankfurt et Michael Schneider, Musica Fiorita Bâle et Daniela Dolci, Weser-Renaissance Bremen et Manfred Cordes, Balthasar-Neumann-Chor & -Solisten et Pablo Heras-Casado ainsi qu'avec La Capella Ducale & Musica Fiata et Roland Wilson.

 

Sur scène elle incarne tantôt des reines déçues (Ottavia de Monteverdi), magiciennes et sorcières (Alcina de Händel, Sorcière de Humperdinck), divinités romaines (Vénus de Kusser, Proserpine de Lully, Diane de Hasse), tantôt l’ingénieuse bonne (Vespetta de Telemann).

 

Née en Thuringe en Allemagne, Julia Kirchner a effectué ses études du chant lyrique et historique, la pédagogie du chant, l'interprétation du lied ainsi que les langues et la littérature italienne et française à Bâle, Leipzig, Weimar, Londres et Rome avec de grands professeurs tels que Prof. Ulrich Messthaler, Prof. Jeanette Favaro-Reuter, Prof Karl-Peter Kammerlander, Penelope MacKay et Sara Mingardo. La chance qu’elle eut de rencontrer de grands musiciens tels que René Jacobs, Sigiswald Kuijken, Susanne Scholz, Christoph Prégardien et Margreet Honig fut décisive dans sa carrière artistique de chanteuse.

 

Julia Kirchner est lauréate et finaliste de divers concours internationaux, en dernier lieu en 2019 du concours d’opéra baroque Voci Olimpiche à Vicenza en Italie. Plusieurs de ses concerts ont été diffusés par la radio ou la télévision et elle a également enregistré plusieurs disques (Harmonia Mundi, cpo etc.).

 

En 2021, elle interprétera le rôle-titre dans l’opéra Alcina de Händel sous la baguette de Andrea Marcon au Teatro Olimpico à Vicenza ainsi qu’ensuite avec l’ensemble « Die Freitagsakademie » aux théâtres de Berne, Zurich, Villach et au Konzerthaus Wien. Parmi ses récitals, un programme d’airs de concert, Beethoven et Haydn, ainsi que le cycle « Winterreise » de Schubert avec David Blunden au fortepiano.